Pouilles

Road trip dans les Pouilles : itinéraire 8 jours + conseils

Faire un circuit dans les Pouilles n’est pas l’idée la plus répandue pour des vacances en Italie. Pourtant l’Italie du sud, et la région des Pouilles en particulier, gagnent à être connues. Si vous appréciez les îles grecques des Cyclades, vous trouverez une certaine ressemblance avec les maisons blanches de certains villages des Pouilles. Mais ne vous attendez pas à voir des toits bleus. Avant de visiter les Pouilles, je pensais que plus aucune région italienne ne pouvait me surprendre, mais j’avais tort et parfois ça fait du bien 😉

Road trip dans les Pouilles itinéraire

Trani, la douceur d’un port de pêche

Port de Trani

Parco Comunale : On commence notre circuit dans les Pouilles par un jardin public. Peu de parc public peuvent s’enorgueillir d’être en bord de mer, celui de Trani en fait partie. Il est très agréable de profiter de la mer et d’un parc verdoyant en même temps 🙂 Entrez dans le parc par la piazza del Plebiscito et ressortez sur le côté gauche via statuti maritimi. Puis continuez jusqu’au bout du mollo S. Antuono d’où vous aurez une belle vue sur la cathédrale de Trani. Puis revenez sur vos pas et longez le bord de mer en direction de la cathédrale. Vous passerez ainsi devant le port de plaisance.

La Cattedrale San Nicola Pellegrino est sans aucun doute une des plus charmantes de la région des Pouilles. Elle date du Moyen Âge et semble encerclée par la mer. Sa pierre calcaire blanche typique de la région et son architecture romane lui donne un aspect particulier. N’hésitez pas à pousser la porte de la cathédrale pour découvrir l’intérieur. Continuez votre visite de Trani en vous dirigeant vers le château.

Le Castello Svevo, ou château souabe qui serait aujourd’hui un duché entre la France et l’Allemagne (moins exotique que ce que son nom laisse supposer).

Après avoir découvert le littoral, engouffrez-vous dans les ruelles et les impasses de Trani. Plongez dans le cœur de cette cité médiévale et découvrez par exemple les autres églises du village.

Pour le déjeuner, vous trouverez de nombreux restaurants devant le port de Trani. Nous avons déjeuné à la trattoria Rampa la Conca où les fruits de mer étaient excellents.

Prenez la route pour Bari, l’étape suivante de notre circuit dans les Pouilles – 45 minutes.

Bari, étape incontournable d’un road trip dans les Pouilles

Cathédrale San Sabino à Bari

Autant vous prévenir tout de suite, les villes des Pouilles n’ont pas été bien préservées et vous verrez beaucoup de bâtiments délabrés. La ville la plus mal entretenue que j’ai vue étant Tarente. Bari et Brindisi sont cependant des incontournables d’un circuit dans les Pouilles, ne serait-ce que pour leurs monuments, églises et leur passé historique.

Avant de pénétrer en voiture dans une ville italienne renseignez-vous sur sa ZTL (Zona a Traffico Limitato). Les ZTL sont des zones délimitées dans lesquelles il est IMPOSSIBLE de circuler en voiture, sauf pour les riverains. Ces zones sont indiquées par des panneaux pas toujours visibles… En revanche, les policiers vous verront très bien grâce aux caméras disposées à l’entrée et à la sortie de ces zones. Et vous recevrez quelques mois après, une jolie amende ou plusieurs (une pour chaque passage devant une des fameuses caméras). Souriez, vous êtes filmés !

Pour cet après-midi dans la ville de Bari, je vous conseille 3 quartiers : celui de San Nicola, le Lungomare  et le Borgo Murattiano.

  • Pour un itinéraire sur deux jours, découvrez mon article visiter Bari.

Le quartier de la basilique s’étend au nord du corso Vittorio Emanuele. Il est composé d’un enchevêtrement de ruelles et de plusieurs autres édifices religieux. Remontez à travers le quartier en passant par le Castello Normanno Svevo. Le château Normand Souabe date du XIIe siècle et avait pour mission de protéger les occupants normands des révoltes des locaux. Malheureusement, il ne reste plus rien de l’intérieur original. Allez voir la Cattedrale di San Sabino, la Chiesa di San Marco dei Veneziani et enfin arrivez sur la Basilica San Nicola. La basilique Saint Nicolas a servi de modèle pour d’autres cathédrales de la région des Pouilles et on comprend pourquoi ! L’intérieur est plutôt épuré, mais la crypte contient les reliques de Saint Nicolas.

Une fois fini votre tour du quartier, redescendez vers le corso Vittorio Emanuele en prenant le Lungomare Augusto Imperatore. Le bord de mer est très agréable avec ses bancs et ses réverbères. Si vous préférez vous pouvez suivre le même chemin, mais sur les anciennes fortifications de l’autre côté de la rue.

Vous voici à présent dans le  Borgo Murattiano qui doit son nom à Joachim Murat, le beau-frère de Napoléon Bonaparte. Murat fût roi de Naples de 1808 à 1815 ce qui comprenait à l’époque la ville de Bari. Les caractéristiques des bâtiments « Murat » sont : des résidences à 2 étages, des façades rouge terre battue et des portails colorés. Les monuments à voir dans le quartier sont : Palazzo del Governo, Teatro municipale Niccolò Piccinni, Teatro Margherita, Corso Cavour, et Teatro Petruzzelli. Pourquoi autant de théâtre dans cette ville ? Si vous avez la réponse cela m’intéresse. 

Pour le diner, retournez dans le quartier de la basilique à L’Osteria del borgo antico. La déco est un peu… champêtre 🙂 Mais la nourriture est bonne.

Après une bonne nuit de sommeil, prenez la route pour le prochain arrêt de ce circuit dans les Pouilles, Polignano a Mare – 35 minutes.

jour 2

Polignano a mare, une ville où se détendre

Vue sur Polignano a mare

Cette étape est indispensable durant un circuit dans les Pouilles ! Promenez-vous dans la ville à la découverte du Ponte di Polignano, puis de la Piazza dell’Orologio et la Chiesa Matrice di Santa Maria Assunta. Allez ensuite vers la Grotta Palazzese et remontez en longeant dans la mesure du possible le bord des falaises pour apercevoir plusieurs grottes. Passez aussi par le Lama Monachile et enfin le Monumento a Domenico Modugno, interprète de la chanson Volare (et non ce n’est pas une œuvre originale des Gipsy Kings).

Pour l’anecdote lors de notre passage dans le village, nous avons pu assister au tournage d’un téléfilm italien. En fait, la localité sert assez souvent de décor de cinéma et télévision.

Reprenez la voiture pour quelques kilomètres – 15 minutes.

Monopoli, une ville où se perdre

magnifique vue sur la ville de Monopoli

Monopoli est une étape de choix pour un circuit dans les Pouilles. Cette charmante ville date du Moyen-Age et est surnommée « la ville aux 100 quartiers ». Chacun d’entre eux tire son nom d’une ferme, d’une église ou d’une bâtisse aujourd’hui disparue.

Promenez-vous dans la ville et découvrez ses nombreuses églises : la Chiesa di Santa Maria Amalfitana, Chiesa di San Francesco d’Assisi, et la Chiesa di San Domenico. Plus loin, vous trouverez la Concattedrale della Madonna della Madia. Cette cathédrale, dont l’extérieur ne paye pas de mine, est dotée d’un intérieur plus soigné et décoré.

Si l’envie de vous baigner vous prend, c’est possible à la Cala Porta Vecchia, une des plages de Monopoli. Vous la trouverez facilement en déambulant sur le lungomare. En remontant le front de mer, vous tomberez sur le Castello di Carlo V, un château datant du XVIe et érigé par les espagnols. Le château avait pour objectif de contrôler et défendre le port, c’est pour cela qu’il est placé au bord de l’eau.

Pour le déjeuner, vous pouvez aller chez Vini & Panini pour déguster de bons panini généreux. Attention, ils n’ont rien a voir avec les panini que l’on trouve en France ! Vous savez la baguette grillé avec un peu de fromage de type indéterminé et du jambon. Non là ce sont des panini avec des produits frais qui vous donne faim rien qu’à les regarder.

Filez en direction d’Alberobello – 30 minutes.

jour 3

Alberobello, à la découverte des trulli

Les trulli d'Alberobello

Voilà une ville bien étrange et singulière ! Vous aurez peut-être déjà croisé des trulli durant votre circuit dans les Pouilles, mais ici c’est une ville entière. Les trulli sont des maisons typiques de la région des Pouilles et plus précisément de la vallée d’Itria.

Elles sont nées il y a quelque temps déjà… Le comte d’Acquaviva  cherchait a donné un abri aux paysans clandestins qui travaillaient pour lui. Il les a alors logés dans des fermes au toit et aux pierres non joints, donc facilement démontables. Evidemment, les trulli d’aujourd’hui ne se démontent plus, mais la forme est restée.

Certaines toitures sont peintes avec des symboles religieux ou païens, afin de les protéger. Par ailleurs, la localité est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1966.

J’ai mis la visite en fin de journée, car en été Alberobello est remplie de monde. Mais vous pouvez aussi visiter la ville tôt le matin. Je n’ai pas d’itinéraire type, découvrez-là et perdez-vous, c’est souvent le meilleur moyen de voir des choses surprenantes 😉 Surtout l’église Sant’ Antonio.

Pour le diner, je vous conseille le restaurant il Pinnacolo. Au niveau des plats vous aurez le choix (pates, pizzas,…), mais si vous en avez l’occasion réservez une table sur la terrasse le soir, très romantique.

Pour les jours 3 et 4 de ce road trip dans les Pouilles, je vous emmène à la découverte de nouveaux lieux d’intérêts : Ostuni, Brindisi et Lecce. Vous constaterez que chaque ville des Pouilles possède sa personnalité ! Et chacune est un émerveillement ! Impossible de vous dire le nombre de ruelles arpentées, d’églises aperçues et de châteaux visités. Faire un road trip dans les Pouilles, c’est être surpris tous les jours.

Ostuni, la ville blanche

Panorama de la ville blanche d'Ostuni

La ville blanche vous donnera l’impression de voyager dans les îles grecques. Les villes et villages de la région des Pouilles sont bien différents de ceux du reste de l’Italie. Les maisons d’Ostuni ressemblent plus à celles de la chora de Mykonos qu’aux palais romains. Ostuni est perchée à 218 mètres d’altitude à cheval sur trois collines.

Pour découvrir la vieille ville et ses fameuses maisons blanches empruntez la via Bixio Continelli et les ruelles alentours. N’hésitez pas à vous perdre, à descendre et remonter les escaliers pour faire les meilleures photos.

Vous trouverez la plupart des lieux d’intérêts au nord d’Ostuni :

Piazza della libertà : cette place est le cœur de la ville. Jettez un coup d’œil à l’imposant Palazzo Municipio de style néoclassique. A quelques mètres en face de celui-ci, vous verrez la statue de Sant’Oronzo, le saint patron de la ville d’Ostuni, qui trône à 21 mètres du sol.

La Chiesa di San Francesco : l’église date du XVIIIe siècle et a été  érigée sur les vestiges d’une autre plus ancienne. Les lourdes portes en bronze sont sculptées avec des scènes de la vie du saint. L’intérieur n’est pas des plus flamboyant, mais dispose d’un joli autel en marbre.

La Chiesa San Vito Martire : j’ai lu quelque part que c’était “un des monuments les plus significatifs d’Ostuni et du Salento”… Je vous rassure, non, et heureusement 🙂 L’église est une petite église de province typique avec cette fois une façade de style rococo. Elle mérite que l’on passe devant et qu’on jette un coup d’œil dedans, mais c’est tout !

Duomo : de son nom complet Concattedrale di Santa Maria Assunta est l’édifice religieux majeur de la petite ville d’Ostuni. C’est un vrai bijou classé monument national depuis les années 40. La cathédrale originelle a été détruite vraisemblablement dans un tremblement de terre, mais l’édifice actuel date tout de même du XVe siècle. La façade est à la fois simple, raffinée et très travaillée. L’immense rosace en particulier a dû demander des semaines de travail. Elle est composée de 24 rayons, tous sculptés avec minutie.

Empruntez la viale Oronzo Quaranta pour avoir une vue plongeante sur la nature environnante. Les paysages autour de la ville sont arides, couverts de vignes et d’oliviers.

Reprenez la route pour l’étape suivante de ce road trip dans les Pouilles – 20 minutes.

jour 4

Ceglie Messapica

Je vous propose de faire un petit détour par Ceglie Messapica pour le déjeuner. La ville est connue pour sa gastronomie 🙂 Je vous invite à découvrir Cibus, ce restaurant sert une excellente cuisine régionale. Le cadre est atypique, puisque le restaurant se situe dans un ancien monastère du XVIIe siècle. Vous y passerez à coup sûr un moment agréable.

La ville de Ceglie Messapica ne regorge pas de trésors historiques. Cependant, cela ne doit pas vous empêcher de découvrir le petit centre-ville et ses rues adjacentes au charme médiéval.

En 45 minutes, vous arrivez à Brindisi.

Brindisi

Raod trip dans les Pouilles : Brindisi

Brindisi est une des principales villes des Pouilles, pourtant elle est de taille raisonnable et se visite aisément à pied. Il faut absolument vous y rendre durant un road trip dans les Pouilles. Les principaux lieux d’intérêts de Brindisi se situent autour du musée archéologique.

Le Museo Archeologico mérite qu’on y passe un peu de temps. Le bâtiment en lui-même vaut le coup d’œil. L’extérieur du musée est composé d’un portique qui date du Moyen Âge, le portique des templiers. Cette double arche sert d’entrée au musée archéologique. Vous constaterez que le musée est accolé à une église.

Au fil des salles, vous découvrirez de nombreuses sculptures grecques et romaines. Les amphores et les statues ont toutes été découvertes dans la région de Brindisi. Au 1er étage du bâtiment, vous trouverez une salle dédiée en partie à la préhistoire. Des outils datant de cette époque sont exposés. Ainsi que des pièces de monnaies grecques et romaines.

Une fois votre visite du musée terminée, ne quittez pas tout de suite la piazza Duomo. Le Duomo est littéralement accolé au musée. La cathédrale, édifiée entre le XI et le XIIe siècle, a été endommagée au cours du tremblement de terre de 1743 et a dû être reconstruite. A côté du Duomo, il y a le campanile et de l’autre côté le palazzo del Seminario de style baroque et réalisé en marbre blanc.

Ensuite empruntez la via colonne pour arriver directement devant une des deux colonnes qui autrefois signée la fin de la via Appia.

San Giovanni al Sepolcro : cette église est plutôt originale pour la région des Pouilles, puisqu’elle est construite sur un plan circulaire. L’entrée principale est surmontée d’une arche sculptée. A l’intérieur vous pourrez admirer des fresques datant du XIIIe et du XIVe siècle.

Chiesa San Benedetto : il vous faut entrer dans cette église ne serait-ce que pour le cloître médiéval. J’avoue avoir une certaine attirance pour les cloîtres à cause de la sérénité qui s’en dégage. Ils sont en général très silencieux même en pleine ville. Je sais c’est un peu le but 😉 Mais c’est fascinant cette impression d’être loin de tout et hors du temps.

Castello Svevo : vous aurez noté au bout de ce 3ème jour que les Souabes ont occupé toute la région. Et surtout l’ont sécurisé en construisant pas mal de châteaux. Frédéric II fit des Pouilles le centre de sa domination sur l’Italie. Si ce type de châteaux vous intéresse, vous pouvez en voir d’autres à Barletta et Gravina in Puglia. En fait, il y a 111 châteaux répartis entre les Pouilles et la Basilicate ! Comment un seul roi a-t-il pu faire ériger autant d’édifices ? Facile, la plupart du temps il n’a fait que restructurer des bâtiments existants, souvent normands d’où le nom de castello svevo normanno. N’hésitez pas à visiter celui de Brindisi !

Pour le dîner, je vous conseille la Locanda del Porto. Ce restaurant est classé 1er sur Tripadvisor et ce n’est pas anodin. Alors évidemment, il risque d’y avoir du monde et vous devrez peut-être attendre pour avoir une table. Mais vous ne serez pas déçu d’être venu. Pour la carte, il y a le choix entre différentes pizzas, des pâtes aux fruits de mer (10€) ou à la viande (8-13€).

Le lendemain, faites 30 minutes de route pour aller à Lecce.

jour 5

Lecce, la Florence du sud

Lecce

Encore un incontournable de tout bon road trip dans les Pouilles. J’ai été 100 fois plus surprise à Lecce qu’à Florence ! Pour tout vous dire, je n’ai pas vraiment aimé Florence la première fois que j’y suis allée :p On m’avait tellement vantée les qualités de cette ville que j’ai été déçue. Monuments entassés, touristes partout, Ponte Vecchio envahi par les bijouteries… Pour ma visite de Lecce, je ne m’attendais à rien de particulier ; et c’est peut-être pour ça que j’ai tant aimé cette ville.

On appelle Lecce « la Florence du sud » et c’est tout à fait mérité. Comme Florence, la ville est un musée à ciel ouvert.

  • Il serait trop long et assez ennuyeux de lister et décrire exhaustivement chaque point d’intérêt. Je mets donc à disposition un autre article sur les 10 choses à voir à Lecce.

Voici une première idée d’itinéraire qui vous fait partir de la Porta Napoli pour rejoindre la Porta Rudiae en passant par le centre historique.

Basilica Santa Croce : les monuments baroques de la ville sont tellement spéciaux qu’ils représentent une branche particulière du baroque, le baroque leccese. La basilique actuelle date du XVIe siècle, mais elle a été construite sur les ruines d’une église plus ancienne. La façade est magnifique, riche de sculptures et de détails. Son côté « plat » lui donne l’aspect d’un décor de théâtre. Pour l’intérieur, je vais juste vous dire que vous devez y entrer 😉

Castello Carlo V : posé au centre de la ville, vu de haut on ne comprend pas trop ce qu’il fait là. L’édifice de plan en trapèze dispose d’une tour à chaque angle. Le château est bien entretenu et l’entrée coûte 3€. Par contre, la plupart des salles sont vides ce qui pourra en décevoir certains.

Piazza Sant’Oronzo : vous pourrez admirer sur cette place un amphithéâtre romain, une colonne et une église. L’amphithéâtre a été découvert assez récemment au XXe siècle lors de travaux. Vous n’en verrez qu’une partie, le reste reposant encore sous les bâtiments qui entourent la place 🙂

Piazza Duomo : cette place regroupe en un seul point les édifices religieux les plus importants de la ville, à savoir la cathédrale, le séminaire et le palais épiscopal. Il serait dommage de passer à côté.

L’Ostrica Ubriaca  

Ce “restaurant” en dehors de la vieille ville est assez original. Il s’agit en fait d’une poissonnerie où vous pouvez venir vous attabler pour déguster un plat de fruits de mer ou poisson. Ici pas de chichi, vous mangerez dans des assiettes en plastiques en terrasse ou à l’intérieur. Clairement, on ne vient pas ici pour le cadre, mais pour la qualité des produits. Pour info “l’Ostrica Ubriaca” signifie l’huître ivre 😀

En voiture Simone pour notre prochaine halte de ce road trip dans les Pouilles – 1 heure

jour 6

Les Maldives du Salento, une plage paradisiaque pour ce road trip dans les Pouilles

Il y a pas mal de plages dans les Pouilles que ce soit du côté de l’Adriatique ou de la mer Ionienne. Mais les Maldives du Salento c’est autre chose ! Dans la pointe du talon de l’Italie, vous aurez l’impression d’être au bout du monde.

Il n’est pas facile de savoir où se trouve précisément cette plage et comment s’y rendre. Le plus simple est de vous rendre dans la ville de Salve et de suivre les panneaux vers Marina di Pescoluse. Vous serez accueilli par un transat de 2 mètres de haut 🙂 L’accès à la plage est gratuit (ou presque) car vous devrez payer le parking (tarif unique à la journée). Il y a une partie de la plage avec des transats et parasols à louer bien sûr. Nous y sommes allés en juin ce qui était bien car il y avait peu de personnes. J’imagine que du 15 juillet au 15 aout l’endroit doit être noir de monde. La plage est idéal pour les enfants car l’eau n’est vraiment pas profonde. Vous trouverez sur place des douches, vestiaires, toilettes et de quoi vous restaurer.

jour 7

Otranto, un air de bout du monde

Otranto dans les Pouilles

La région du Salento est une subdivision de la région des Pouilles. Avant d’y mettre les pieds, je pensais qu’à part Lecce, il n’y avait pas grand chose à voir. Oui, vous constaterez que je suis pleine de préjugés, mais heureusement, je n’ai aucun mal à les remettre en question 😉 Le Salento recèle de plages plus paradisiaques les unes que les autres, mais pas que. Il y a également des villes, des parcs naturels, des sources thermales… Bref, pas de quoi s’ennuyer.

Otranto est une de ces villes. Elle se situe à l’extrême pointe de l’Adriatique et est surnommée la porte de l’Orient. D’ailleurs, il y a des liaisons régulières en ferry avec l’Albanie, si le coeur vous en dit. Comme beaucoup de ville de la région des Pouilles, elle a été aux mains de beaucoup de peuples. Par ordre chronologique : Normands, Souabes, Aragonais, Turcs, Vénitiens… la liste n’est pas exhaustive. Cette succession de “dominations” a laissé des traces à travers la ville, notamment avec les bâtiments suivants :

Castello Aragonese : Ce château est hautement stratégique d’un point de vue défensif. C’est pourquoi ses propriétaires successifs n’ont cessé d’améliorer ses défenses. Comme dit plus haut, Otranto est la porte de l’Orient, mais de l’autre côté de la mer c’est plutôt la porte de l’Occident. D’ailleurs, les Turcs ont fini par prendre la ville et la mettre à sac au XVe en débarquant dans la célèbre Baia dei Turchi.

Pour l’aspect extérieur, le château était à l’origine en forme de trapèze avec trois tours et vous devrez franchir un fossé grâce à un pont en pierre pour entrer dans le château. Ce pont était à l’origine un pont levi, quand même plus pratique pour bloquer les assaillants souhaitant envahir la région des Pouilles.

A l’intérieur, la cour dessert plusieurs salles, dont une particulière la salle triangulaire de Ciro Ciri, une prouesse architecturale pour l’époque. Ne manquez pas également de découvrir les fresques qui ornent les murs. Sous vos pieds court un important réseau de souterrains.

Un des côté du château vous offre une superbe vue  sur la mer Adriatique.

Chiesa San Pietro : Cette église en forme de croix grecque est assez petite, mais mérite qu’on y pénètre. Elle date du Xe et est un magnifique exemple de l’architecture byzantine. Vous pourrez voir à l’intérieur des fresques restaurées dont les plus anciennes date de la construction. Ces fresques représentent pêle mêle : le lavage des pieds, la résurrection ou encore la cène.

Duomo : La cathédrale d’Otranto a été bâtie au XIe siècle et j’ai été fasciné par la somme de travail que cela a dû demandé.

A l’extérieur, prenez le temps d’admirer la rosace, les statues et les colonnes sculptées.

A l’intérieur, le sol est couvert de mosaïques finement travaillées. Vous pourrez voir un grand arbre de vie qui s’élance pour rejoindre l’arche de Noé. Il y a également 12 cercles qui représentent le passage du temps. A noté aussi sur les murs une mosaïque du jugement dernier où l’on comprend assez facilement que le paradis quand même ça à l’air plus cool que l’enfer.

Insolite :

Dans la cathédrale se cache un lieu unique dans la région des Pouilles. Une crypte abrite les 800 crânes des martyrs de la ville exécutés lors du sac des Turcs. La pierre sur laquelle le sang a coulé a elle aussi était conservée. Pour voir ça, ce sera dans l’aile droite. J’avoue être assez attirée par les choses un peu macabre lol

Muraglia : Une muraille de granit ceint encore le centre historique de la ville. N’hésitez pas à vous promenez dessus, vous aurez une vue dégagée sur la mer. Et profitez-en aussi pour explorer les ruelles du vieux centre.

Maintenant direction Baia dei Turchi – 15 min

Baia dei Turchi

Une des plus jolies plages de la région des Pouilles ! Je crois avoir dit cela de plusieurs plages des Pouilles, mais j’ai été séduite par toutes. Ces plages sont bien moins chères et plus proches que celles des Caraïbes, mais d’une beauté toute aussi remarquable. Tout ce que je peux vous dire et : “allez-y, posez votre serviette et pro-fi-tez !”

Maintenant direction Gallipoli – 1h05

jour 8

Gallipoli, une ville à part dans un road trip dans les Pouilles

Road trip dans les Pouilles, Gallipoli

Le nom de la ville vient du grec Kallipolis, c’est-à-dire “belle ville”. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle porte bien son nom ! Cette petite ville est un de mes coups de coeur. Ces maisons blanches rappellent celles des Cyclades. Cette ville a plus d’un atout, côté mer de belles plages et côté terre des étendues de vignes et d’oliviers.

Une muraille encercle et protège la ville qui a été pendant longtemps un centre maritime important. Comme beaucoup de villes de la région des Pouilles, elle passa sous diverses dominations. Cependant ici, c’est l’architecture espagnole qui ressort.

Les plus de la ville : Une ambiance typique du sud de l’Italie, de vieilles ruelles et des pépites architecturales.

Pour visiter la ville, vous pouvez commencez par faire le tour de la muraille, avant de pénétrer dans ses ruelles qui abritent de belles façades, des églises….

A ne pas manquer :

Castello : Cette forteresse militaire s’avance dans la mer jusqu’à être presque entièrement entouré par les eaux.

Cattedrale di Sant’Agata : La cathédrale de style baroque mérite qu’on y jette un petit coup d’oeil. Sa façade est vraiment travaillée et chaque détail finement exécuté.

Chiesa Santa Maria della purita : Le moins que l’on puisse dire est que le contraste est surprenant entre l’intérieur et l’extérieur de cette église. L’extérieur est assez simple surtout comparé aux autres églises de la région des Pouilles. Mais l’intérieur est assez chargé. Ne fuyez pas ! Vous manqueriez une voûte subtilement peinte, des  peintures et un sol lui aussi décoré.

Fontana Antica : Cette jolie fontaine est sculptée telle une façade, et rappelle les temples grecs avec ses colonnes sculptées en corps de femmes. Elles me rappellent les cariatides qui ornent un des temples de l’Acropole d’Athènes, l’influence grecque n’est pas loin.

Insolite :

Frantoio oleario ipogeo : Des vestiges se cachent aussi sous vos pieds (pas la peine de regarder vos chaussures 😉 ). Un ancien moulin à huile souterrain vous attend si vous le désirez. Il me semble que des visites en français sont possibles.

Nous arrivons au terme de ce circuit dans la magnifique région des Pouilles 🙂 J’espère que cet article vous aidera et vous donnera envie de découvrir le sud de l’Italie.

Envoi
User Review
0 (0 votes)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles sur le même thème

1 Commentaire

  • Reply
    Félina
    21 juin 2018 at 14 h 34 min

    J’ai déjà vaguement entendu parler de ce lieu, et je ne pensais pas qu’il était aussi beau. Je prévois de partir en Italie dans quelques mois, j’irais peut-être y faire un saut !

  • Rédiger un commentaire