Pouilles

Que faire à Lecce ? Top 10 des incontournables de Lecce

La ville de Lecce a longtemps été un trésor caché, connu seulement des amateurs d’art. Puis la région du Salento est devenue à la mode. Cela a favorisé la découverte de cette belle ville des Pouilles. Lecce est d’abord une ville pleine de témoignages du passé avec ses œuvres d’art des époques romaine, médiévale et renaissance. Mais Lecce est surtout une ville baroque ! Cette version particulière de l’architecture baroque a même un nom le barocco leccese. 

L’art baroque s’est répandu à Lecce au XVIIe siècle, sous la domination espagnole, remplaçant l’art classique et créant un style à part entière. Mais ce n’est pas seulement le baroque qui caractérise Lecce. C’est une ville accueillante, avec une grande gastronomie et une mer exceptionnelle. C’est l’une des destinations incontournables à visiter dans les Pouilles. 

Vous vous demandez sûrement que faire à Lecce ? Dans cet article, nous vous recommandons 10 choses à voir absolument lors d’une visite de Lecce.  

numéro 1

Le centre historique de Lecce

Lecce est appelée la « Dame du Baroque », et c’est précisément l’art baroque qui caractérise les flèches, portails, églises, monuments et maisons du centre historique. En traversant la Porta Napoli érigé en 1548 en l’honneur de Charles V, vous entrez dans la vieille ville. D’ici partent quelques-unes des rues les plus importantes de Lecce. Elles sont surplombées de palais raffinés et de boutiques d’artisans où sont produits des objets en papier maché et pierre de Lecce.

En vous promenant dans les rues du centre, vous pourrez voir l’église de Santa Maria della Provvidenza, sur la Piazzatta Baglivi, et celle de Santa Maria di Costantinopoli sur la Piazzetta Addolorata. Dans la Via Umberto I, vous pourrez admirer le Palais Adorno du XVIe siècle et la basilique de Santa Croce, symbole de la ville et du style baroque de Lecce. 

En quelques pas, vous atteignez le centre de la ville, l’élégante Piazza Sant’Oronzo, sur laquelle se dresse la célèbre colonne du saint patron, et la pittoresque Piazza del Duomo. Admirez la façade latérale fastueuse de la cathédrale et son haut clocher. Le Palais épiscopal du XVe siècle est caractérisé par la loggia angulaire à arcades et le palais du séminaire datant de 1700. 

Pour les amoureux d’espaces verts, la Villa Comunale, située près de la Piazza Sant’Oronzo, offre une promenade agréable. La villa était autrefois appelée par les habitants de la ville « villa della lupa » pour la présence d’une cage dans laquelle des loups ont été enfermés. Le loup est présent dans les armoiries de la ville appelée Lupiae par les Romains.     

numéro 2

L’amphithéâtre romain

L’ amphithéâtre romain (via Arte della Cartapesta), est le témoignage le plus important de l’époque romaine. Il a été construit au IIème siècle avant J.C. pour divertir les habitants avec des spectacles et des jeux. Le bâtiment pouvait accueillir environ 20 000 spectateurs

L’amphithéâtre romain a été construit avec des piliers de tuf surmontés d’une architecture arquée. Parmi les œuvres sculpturales récupérées, les plus intéressantes sont : une statue de la déesse Athéna (aujourd’hui exposée au Musée Castromediano), et quelques reliefs en marbre du parapet qui séparaient les deux séries d’étages représentant des scènes de chasse et des combats entre hommes et animaux féroces. 

L’édifice monumental a été complètement enseveli à la suite de tremblements de terre et dégradations multiples. C’est seulement au début du XXème siècle, grâce à quelques travaux d’excavation qu’il a été mis à jour. Seul un tiers de l’ensemble de l’amphithéâtre est visible. Aujourd’hui, l’Amphithéâtre est le cadre de représentations théâtrales et de concerts.

que faire a lecce ? visiter l'amphitheatre romain
numéro 3

Que faire à Lecce ? Le château de Charles V

Près de la Piazza Sant’Oronzo se dresse le château du roi Charles V construit en 1539. La conception du bâtiment a été confiée à l’architecte Gian Giacomo dell’Acaya. Le château, construit sur une fortification préexistante datant du XIIIe siècle, a deux structures concentriques séparées par une cour intermédiaire, quatre bastions d’angle (S. Giacomo, S. Croce, S. Trinità et S. Martino) avec des murs épais et un fossé comblé en 1872. 

Pendant longtemps, la fortification a servi à la défense du territoire. Puis plus tard l’une de ses salles a été utilisée pour accueillir des représentations théâtrales. De 1870 à 1979, le château a servi de caserne et un quartier militaire. 

Aujourd’hui, le château est la propriété de la municipalité de Lecce. Il abrite le ministère de la Culture et ses pièces sont utilisées pour des événements culturels comme des expositions d’art, des événements culinaires et viticoles. 

Que faire à Lecce ? Le château de Charles V
numéro 4

Piazza Sant’Oronzo

La Piazza Sant’Oronzo est la place principale de Lecce. C’est ici que les gens se rencontrent. Boutiques, cafés, bureaux se pressent sur la place ovale. Le trottoir est orné d’une mosaïque représentant les armoiries de la ville : le loup sous un lyceum et la couronne de 5 tours. Les bâtiments qui la composent, construits entre le Moyen Âge et le XIXe siècle, constituent un ensemble architectural hétérogène. Le résultat de différents styles qui coexistent harmonieusement. 

Dans le passé, la Piazza Sant’Oronzo était connue sous le nom de « place des marchands » pour la présence massive de magasins et d’activités commerciales. Ces échoppes ont ensuite disparu pour faire place au bâtiment qui était censé abriter le siège de la Banque d’Italie (XXe siècle). 

Depuis 1656, la place porte le nom du saint patron de la ville. La légende raconte que pendant l’épidémie de peste qui s’est abattue sur tout le royaume de Naples, Lecce a été épargné grâce à la médiation d’Oronzo, évêque de la ville. En signe de remerciement, les habitants ont fait ériger une colonne votive de 29 mètres de haut sur la place au-dessus de laquelle la statue du saint a été placée, afin de bénir la ville. A voir aussi sur la place:

  • vestiges de l’amphithéâtre romain
  • palazzo del Seggio (1592),
  • l’ancienne église de San Marco (sur le côté du Sédile), un souvenir d’une colonie vénitienne présente dans la ville 
  • l’église de Santa Maria della Grazia
Piazza Sant’Oronzo à Lecce
numéro 5

La cathédrale de Lecce

Il duomo se dresse sur la place du même nom et représente l’épicentre de la vie religieuse de la ville. La cathédrale dédiée à Maria SS. Assunta, construite en 1144, a été rénovée en 1230, puis entièrement reconstruite en 1659.  A noter également le clocher de cinq étages, dont le dernier est surmonté d’un dôme octogonal sur lequel est placée une statue de fer représentant Sant’Oronzo

La cathédrale a deux entrées, l’une principale face au Palais épiscopal et l’autre, sur le côté gauche. Les façades méritent qu’on les admire quelques instants. A l’intérieur, la nef centrale et le transept sont surmontés d’un plafond en bois où sont placées des œuvres de Giuseppe di Brindisi dont « Il Martirio di Sant’Oronzo » et « L’Ultima Cena ». Le décor baroque est constitué de précieux stucs, des sols en marbre et de nombreuses toiles d’une grande valeur artistique. A voir aussi, 12 autels richement décorés dont le principal dédié à la Vierge Assomption en marbre et bronze doré.

Découvrez mes autres articles :
La région des Pouilles
Visiter Bari en deux jours
Itinéraire d’un road trip dans les Pouilles.

numéro 6

Que faire à Lecce ? La basilique de Santa Croce 

La basilique de Santa Croce avec le couvent des Célestines (aujourd’hui palazzo del Governo) est l’un des principaux complexes architecturaux de la ville. C’est surtout l’exemple le plus significatif du barocco leccese.

Entre les XVIe et XVIIe siècles, les plus grands architectes du Salento – Riccardi, Penna et Zimbalo – assistés de tailleurs de pierre et de sculpteurs qualifiés, ont alterné dans la réalisation de ce bâtiment grandiose. Le résultat est surprenant ! Jamais auparavant les éléments de la Renaissance et la sophistication baroque n’avaient fusionné aussi harmonieusement. 

La façade de la basilique se compose de trois parties. La partie inférieure, dans le style Renaissance, est divisée par six colonnes lisses avec des chapiteaux zoomorphes soutenant un entablement. Au-dessus de la frise, six figures humaines et sept animaux soutiennent la balustrade ornée de 13 angelots. 

La deuxième partie est dominée par une belle rosace centrale d’inspiration romane flanquée de deux niches avec des statues de San Benedetto et San Celestino.

Enfin, sur le dessus, le tympan avec le triomphe de la Croix au centre.

L’intérieur composé de trois nefs divisées par de hautes colonnes est tout aussi somptueux. La nef centrale est surmontée d’un plafond en bois doré à coffres. Alors que les côtés ont des voûtes croisées et sept chapelles de chaque côté. Chacune abrite des autels richement décorés et des peintures des XVIIe et XVIIIe siècles. 

Que faire à Lecce ? La basilique de Santa Croce
numéro 7

Cours ouvertes 

Voilà un des trésors cachés de la ville, les cours intérieures. Chaque année, le dernier dimanche du mois, l’ADSI (Association des maisons historiques italiennes) organise un événement très spécial qui prend le nom de cortili aperti. Cet événement offre la possibilité d’entrer dans des propriétés privées, généralement fermées au public. Et cela dans plusieurs villes des Pouilles telles que Bitonto, Martina Franca, Noci et bien sûr Lecce.

numéro 8

Que faire à Lecce ? Les églises de Lecce 

Lecce, ville des églises. C’est ainsi que la capitale du Salento a été définie dans le passé pour le grand nombre de bâtiments sacrés. En plus de la cathédrale et de la basilique de Santa Croce, une myriade d’autres églises, environ 40, sont dispersées dans la ville. Parmi les plus anciennes, il convient de mentionner l’église des saints Nicolò et Cataldo dans le cimetière de la ville construite à l’époque médiévale (1180). 

Parmi les églises plus originales, on ne peut que mentionner l’église de San Matteo (1667-1700) avec sa façade curvilinéaire unique rappelant l’église romaine de San Carlo alle Quattro Fontane. 

L’église nommée d’après Sant’Irene, sainte patronne de Lecce jusqu’en 1656, est particulièrement belle. A visiter aussi la chiesa San Nicolò dei greci.

numéro 9

Musée provincial Sigismondo Castromediano 

Le Musée provincial Sigismondo Castromediano est le musée archéologique de Lecce, c’est aussi le plus ancien de toutes les Pouilles. Un arrêt ici est donc impératif afin de mieux comprendre l’histoire de cette région. L’entrée est gratuite, alors ne vous privez pas d’admirer les pièces anciennes provenant du Salento : statues, peintures, céramiques et la collection la plus complète de vases attiques à figures rouges. 

numéro 10

Abbaye de Santa Maria di Cerrate

Magnifique exemple d’architecture romane dans le Salento, l’abbaye de Cerrate est un petit joyau situé sur la route provinciale qui relie Squinzano à Casalabate.

Selon la légende, l’abbaye a été construite autour du XIIe siècle à la demande de Tancredi d’Altavilla qui avait eu une vision. Important centre religieux jusque dans les années 1500, le complexe a ensuite été pillé, et laissé dans un état d’abandon total jusqu’à sa restauration de 1965.

A voir aussi près de Lecce

Les plages

Parmi les valeurs ajoutées de Lecce, il y a les plages du Salento. Lecce se trouve pratiquement à mi-chemin entre la mer Ionienne et la mer Adriatique. Les deux côtes ne sont distantes que de quelques kilomètres en voiture. Vous pouvez vous baigner chaque jour à un endroit différent.

Il y a tellement de plages qu’il est impossible de toutes les citer. Punta Prosciutto à Porto San Cesareo et Baia Verde à Gallipoli sont les plus célèbres de la côte ionienne. D’autre part, la Torre dell’Orso et la plage des Alimini, près des lacs du même nom, méritent également une visite.

Le Salento grec

Il y a vraiment beaucoup à découvrir dans les environs de Lecce. Par exemple, les 11 villages de la « Grecia Salentina« . Une union de municipalités créée principalement pour protéger et valoriser le dialecte « griko » parlé par la population locale. Un idiome ancien, remontant à la Grèce antique et à la domination byzantine, qui mélange des mots grecs avec d’autres néo-latins et typiquement dialectaux.

Les municipalités sont Calimera, Carpignano Salentino, Castrignano de’ Greci, Corigliano d’Otranto, Cutrofiano, Martano, Martignano, Melpignano, Soleto, Sternatia et Zollino et elles gèrent en consortium toute une série de services dont la promotion du tourisme. C’est dans ce contexte qu’est née la « Notte della Taranta« , une fête itinérante qui, chaque année, au mois d’août, amène sur ces terres des centaines de milliers de touristes du monde entier. La magie du Salento !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles sur le même thème

Pas de Commentaires

Rédiger un commentaire