Sicile

Que faire à Palerme ? 11 choses à voir à Palerme

Palerme est une ville merveilleuse, pleine de monuments, d’églises et d’œuvres d’art, mais tourmentée par de graves problèmes sociaux depuis longtemps. Une contradiction évidente qui finit toutefois par constituer un motif de fascination supplémentaire, puisque les difficultés matérielles n’ont jamais remis en cause le sens de la communauté et l’attachement à sa propre terre. En bref, Palerme, comme Naples, est un casse-tête sociologique et pourtant une belle ville à visiter. Ce n’est pas un hasard si, en 2015, le centre historique de la ville a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Notre histoire commence ici, à partir des nombreuses merveilles de la ville arabo-normande. 

La cathédrale

La cathédrale de Palerme est un condensé presque parfait de l’histoire millénaire de la ville. D’abord, une basilique chrétienne primitive ; puis une mosquée, pendant la longue domination arabe ; enfin, une église sous les Normands. 

Quant au style, Ferdinando Fuga, architecte à la cour de Charles de Bourbon dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, a imposé à l’édifice un tournant néoclassique décisif, réduisant considérablement les empreintes arabo-normandes, gothiques et baroques précédentes. 

Cependant, tout n’a pas été perdu. Les traces des styles précédents sont évidentes dans la grande abside (arabo-normande), dans le portail de l’entrée principale (gothique) et dans la coupole (baroque). Un méli-mélo de styles qui ne laisse pas indifférent, et auquel il faut ajouter les tombes royales, dont le sarcophage de Frédéric II et, surtout, la tombe de Santa Rosalia, patronne de la ville.

Église de Martorana

Construite en 1143 par l’amiral George d’Antioche, un fidèle serviteur du roi normand Roger II, l’église de la Martorana est l’une des plus fascinantes églises byzantines d’Italie. Certains disent que c’est la plus belle de toutes, notamment en raison du contraste entre le style arabo-normand, qui lui vaut d’être inscrit au patrimoine protégé par l’UNESCO, et les ajouts baroques ultérieurs des années 600. 

En 1433, Alfonso d’Aragon a donné l’église au monastère bénédictin voisin fondé par la noble Eloisa Martorana. D’où le nom de l’église, référence spirituelle de la grande colonie italo-albanaise réfugiée en Sicile entre le XIIIe et le XIVe siècle pour échapper aux pirates turcs. L’église fait partie de la propriété de l’éparchie (équivalent du diocèse chez les orthodoxes) de Piana degli Albanesi et, bien que soumise au Saint-Siège, elle suit le calendrier liturgique orthodoxe. 

Les décorations en mosaïque à l’intérieur sont le point fort du bâtiment. Surtout, le « Christ Pantocrator » au sommet de la coupole. Une représentation typique de l’art byzantin, avec le Christ bénissant entouré de quatre anges prosternés en adoration à ses pieds. 

Catacombes des Capucins

« Le lieu où les vivants rencontrent les morts ». C’est ce que dit le site web consacré au cimetière du couvent des frères capucins de Palerme, et ce n’est pas une façon de parler. Au contraire, cette phrase clarifie pleinement la raison pour laquelle les frères ont commencé à momifier les cadavres : pour donner aux parents la possibilité de continuer à rencontrer leurs proches, comme s’ils étaient vivants. 

Tout a commencé par la coutume des frères capucins de l’église de Santa Maria della Pace d’enterrer leurs frères dans une fosse commune sous l’autel dédié à Sainte Anne. Cette habitude les a toutefois contraints par la suite à creuser d’autres tunnels, car il était impossible de continuer à rassembler les corps sans vie dans un espace devenu trop petit. 

Ce sont donc des besoins logistiques qui ont fait découvrir aux frères que les corps précédemment placés dans la tranchée étaient dans un état presque parfait. D’où l’idée d’améliorer les procédés de momification naturelle et d’étendre cette pratique à la bourgeoisie de Palerme. 

Cela explique pourquoi, du XVIIe au XIXe siècle, des milliers de personnes, pour la plupart des notables, ont décidé de confier les corps de leurs défunts aux Capucins en échange de riches donations. 

Cette pratique a pris fin au début du XXe siècle, à l’exception notable de Rosalia Lombardo, une fillette de deux ans qui a été momifiée (mais artificiellement) à la demande de son père et qui est toujours conservée dans les catacombes. 

Palais normand et chapelle palatine

Le Palazzo dei Normanni est beaucoup de choses. C’est la plus ancienne résidence royale d’Europe ; c’est le siège de l’assemblée régionale sicilienne ; c’est l’un des monuments les plus visités de l’île ; et enfin, c’est le palais où se trouve la merveilleuse chapelle palatine. 

Cette dernière, dédiée à Saint Pierre l’Apôtre, a été construite en 1130 sur ordre de Roger II de Sicile. C’est une basilique à trois nefs, célèbre pour les mosaïques byzantines qui la décorent. Le plus grand et le plus célèbre de tous est le « Christ Pantocrator », un motif décoratif également présent dans l’église de Martorana. 

Le plafond en bois avec des gravures et des sculptures qui font référence à la longue domination arabe de la ville est également très beau. Sans surprise, la chapelle palatine, ainsi que la cathédrale de la ville, et les deux autres de Cefalù et Monreale, sont depuis juillet 2015 sous la protection de l’UNESCO.

Galerie régionale Palazzo Abatellis

Visiter la Kalsa (de l’arabe al-Khalisa) signifie visiter ce qui a été pendant des siècles le lieu privilégié de la politique, des finances et de la culture à Palerme. Bien sûr, il est difficile de tout voir, à moins qu’un local ne vous fasse visiter ce quartier historique (l’un des quatre que compte le centre-ville). 

En fait, il y a tant à voir, y compris les contradictions dont nous avons parlé au début, qui sont le signe, au moins d’un point de vue urbanistique, d’un conflit entre le présent et la mémoire du passé. Le Palazzo Mirto, le Palazzo Abatellis et l’Oratorio dei Bianchi sont les lieux où le passé glorieux de Kalsa – et de Palerme – est jalousement gardé. 

Le premier (Palazzo Mirto) a été pendant quatre siècles la demeure de la plus ancienne famille normande de Sicile, les comtes Filangieri de San Marco, plus tard les princes de Mirto.

Le Palazzo Abatellis, quant à lui, est un espace muséal avec de nombreuses collections médiévales, modernes et archéologiques accumulées pour la plupart au cours du XIXe siècle grâce à des legs privés et à la suppression des corporations religieuses. 

Enfin, l’Oratorio dei Bianchi, siège de la Nobile, Primaria e Real Compagnia del Ss.Crocifisso, où l’on peut notamment admirer la porte en bois « Bab el Fotik », rebaptisée « Porta della Vittoria » par les Normands qui mirent fin à la longue domination arabe dans la ville.

Fontaine de Pretoria

Au centre de la place du même nom, devant l’hôtel de ville, se trouve la « fontaine Pretoria » ou, comme l’appellent les Palermitains, la « fontaine de la honte » en raison de la nudité des statues qui l’entourent (d’autres soutiennent qu’il s’agit plutôt d’une référence à la corruption des classes dirigeantes locales aux XVIIIe et XIXe siècles). 

Nous sommes toujours dans le Kalsa, d’un point de vue historique et culturel, probablement le plus important des 4 quartiers dans lesquels est divisé le centre historique de la ville. 

L’histoire de la fontaine prétorienne est assez unique, puisqu’elle était destinée à embellir un jardin de Florence, plus précisément le jardin de Don Luigi di Toledo, qui avait chargé l’architecte Francesco Camillani de réaliser les travaux. L’œuvre fut achevée en 1554, mais en 1573, elle fut vendue au Sénat de Palerme – dit-on – pour couvrir les dettes accumulées par la noble famille espagnole. 

Le transport de Florence à Palerme a été assez compliqué. Certaines pièces sont restées à Florence, d’autres ont été endommagées en cours de route. Camillo Camillani, fils de l’artiste florentin qui avait conçu la fontaine, a été chargé de sa réinstallation (certaines maisons ont dû être démolies pour faire de la place). 

Quant à la structure, la fontaine repose sur une base ovale, entourée d’une balustrade qui contient les autres bassins : trois placés concentriquement l’un sur l’autre, suivis d’une autre série de bassins plus petits. 

Quant aux statues, elles représentent des divinités et des figures mythologiques (Hercule, Vénus, Apollon, Bacchus, Diane, Adonis, etc.). Au tournant des années 1990 et 2000, une longue et complexe phase de restauration a rendu sa splendeur à la fontaine de Pretoria, garantissant à nouveau, après des années, la circulation de l’eau.

Cathédrale de Monreale

La cathédrale de Santa Maria Nuova, plus connue sous le nom de Duomo di Monreale, est une autre étape de l’itinéraire arabo-normand. Elle a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2015. 

Elle est située à seulement 5 kilomètres de Palerme, sur la place centrale Vittorio Emanuele, et constitue, d’un point de vue architectural, un parfait condensé de l’histoire civile, politique et religieuse de la Sicile. 

L’empreinte normande, en effet, clairement visible dans les riches mosaïques byzantines qui décorent l’intérieur de l’église, est contrebalancée par le style baroque du portique qui précède l’entrée, tandis que le maître-autel et l’orgue sont respectivement des XVIIIe et XXe siècles. 

En bref, plus de huit cents ans d’histoire enfermés dans un seul bâtiment à trois nefs et une croix latine construit au XIIe siècle par le roi Guillaume II. La légende raconte que la construction du temple fut ordonnée par la Madone qui, apparaissant en rêve au chef normand, indiqua à ce dernier un trésor caché dans lequel il devait puiser les ressources nécessaires à la réalisation de l’œuvre. 

Les marchés de la ville

Le mot clé est « abbainare », une expression qui fait référence aux appels bruyants des vendeurs sur les marchés de Palerme. Un langage publicitaire plein d’allusions et de métaphores pour la vente des produits exposés. Une liturgie, en somme, qui se répète quotidiennement dans les trois plus grands marchés de la ville : la  » Vucciria « , le  » Ballarò  » et le  » Capo « . 

La visite de ces lieux est un exercice essentiel pour approfondir l’art de vivre de la capitale sicilienne où les influences de la longue domination arabe sont encore évidentes. Des traces qui renvoient aux termes utilisés pour attirer les acheteurs, mais aussi à la capacité des marchés à accueillir les citoyens non européens qui, ces dernières années, ont ouvert des boutiques à côté des activités historiques. 

Cuisine de rue

Il n’y a pas que les crocchè et les arancine à Palerme. Palerme est la capitale italienne du street food. Le sandwich à la rate (meusa), le sfincione (focaccia moelleuse avec tomate et fromage caciocavallo), les tripes de veau (stigghione), la farine de pois chiches écrasée et frite (panelle) méritent d’être mangés au moins une fois dans une vie. Il ne s’agit pas seulement de nourriture. C’est bien plus. 

C’est une culture populaire à partir de laquelle, si vous le souhaitez, vous pouvez retracer l’histoire de la ville, les influences françaises, espagnoles et arabes et la manière dont elles ont été versées dans les plats traditionnels. Alors je ne dis pas qu’il faut s’arrêter en pèlerinage dans toutes les friteries… mais presque 😀 

La pâtisserie

Il n’y a pas que la cuisine de rue. La pâtisserie de Palerme, que certains considèrent comme la meilleure du monde, mérite d’être traitée à part. Cannoli, cassate, pâtisseries aux amandes, glaçage à la pastèque, sont plus que de simples gourmandises. 

La ville compte plusieurs excellentes pâtisseries, et les listes et suggestions des meilleures ne manquent pas sur le web. Une fois dans la ville, il est encore mieux d’obtenir des conseils d’une personne locale. En bref, « eat local », comme disent les Anglais, car la nourriture est une culture !

Plage de Mondello

Palerme est aussi une ville de mer, malheur à celui qui l’oublie. Par conséquent, une visite de la ville doit inclure une promenade à Mondello, la plage des habitants de Palerme. Sable blanc, mer cristalline, avenues bordées d’arbres, villas Art nouveau, restaurants, bars, boutiques, installations d’hébergement et tout ce dont vous avez besoin pour une station touristique moderne. 

En été, Mondello est très fréquenté, tandis qu’au printemps, notamment en mai et juin, l’atmosphère est parfaite.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles sur le même thème

Pas de Commentaires

Rédiger un commentaire