Croatie

Que faire à Dubrovnik : Top 11 des choses à voir et à faire à Dubrovnik

Belle, spéciale, romantique… Pour Dubrovnik, l’ancienne Raguse de Dalmatie, les adjectifs ne manquent pas. À la base de son succès se trouve une combinaison de facteurs paysagers et environnementaux uniques. L’influence vénitienne, le gothique, le baroque, les anciennes murailles, la mer cristalline, l’île de Lokrum et le mont Srd qui la protègent respectivement du Sirocco et de la Bora.

Si l’on se plonge l’histoire, les guerres et les destructions qui ont eu lieu au cours des siècles, on ne peut s’empêcher de ressentir de l’admiration. Les croates ont toujours su se relever et construire une ville plus belle que celle qui existait auparavant. La dernière fois, c’était au début des années 1990, lorsque la guerre civile qui a suivi la dissolution de la Yougoslavie a éclaté. Dubrovnik a été lourdement bombardée par l’artillerie serbe. 

1. Les remparts 

Vue sur la vieille ville depuis les remparts de Dubrovnik

Deux kilomètres de marche, seize tours, quatre forteresses et une vue imprenable. Les vacances à Dubrovnik commencent par une visite de ses anciennes murailles. Un mur qui protège l’ensemble de la vieille ville, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

La vue des toits permet également de voir les traces des bombardements subis au début des années 90. Mais les considérations sur les « échecs » de la guerre cèdent rapidement la place à la vue magnifique qui s’offre à vous. Une vue qui inclut également la petite île de Lokrum, un parc naturel d’à peine un kilomètre carré, à seulement 700 mètres du port de Dubrovnik

L’entrée des remparts se fait par la porte Pile, l’une des deux entrées de la vieille ville (l’autre étant la porte Ploce). De là, vous pouvez également accéder à la Placa ou « Stradun« , la rue principale de Dubrovnik. Après l’ancien pont-levis, sur la gauche, se trouve l’imposant escalier qui mène au sommet des murs. 

Évitez de parcourir les remparts pendant les heures les plus chaudes de la journée. Apportez un chapeau et une bouteille d’eau. 

2. La forteresse Saint Jean

Vue sur la forteresse Saint Jean, Dubrovnik

La forteresse de Saint-Jean (Tvrda Sv. Ivana) est située au sud des murs de la ville, à l’opposé de la forteresse de Ravellin, au nord.

Donnant directement sur la mer et protégeant le vieux port, elle abrite actuellement l’aquarium de la ville et le musée maritime. Dans le premier, vous trouverez les principales espèces marines qui peuplent la mer Adriatique et la Méditerranée. Tandis que dans le second, vous verrez les trouvailles et les témoignages les plus significatifs de l’activité maritime de la ville.

L’aquarium est petit (31 bassins au total), il n’est pas comparable aux autres aquariums de Croatie (Split, Sibenik, Porec, etc.), ni aux plus grands de Gênes et de Valence. Mais c’est certainement une bonne alternative, surtout pour les familles avec enfants. Par conséquent, si les conditions météorologiques ne permettent pas d’autres options, une visite à l’aquarium de Dubrovnik vaut vraiment la peine.

3. Que faire à Dubrovnik : le couvent des Frères mineurs

Le monastère franciscain des Frères mineurs est situé au pied de la forteresse de la Minceta, la plus imposante des forteresses de la ville.

L’église est un témoignage important de l’architecture de Raguse au XIVe siècle. Période au cours de laquelle la ville est passée de la domination vénitienne, qui a pris fin en 1358, à la domination austro-hongroise, qui a coïncidé avec sa période de plus grande splendeur économique et sociale. Le style gothique, comme le confirment le cloître et la fontaine avec la statue de Saint-François, est le trait stylistique qui caractérise cette longue phase historique du point de vue architectural. 

L’autre raison de visiter le couvent de Saint François est la pharmacie, l’une des plus anciennes d’Europe, fondée en 1317. La bibliothèque du monastère contient de nombreuses traces de l’activité de l’époque : documents, codes, manuels et recettes manuscrites qui donnent un aperçu important de la culture dalmate aux XIVe et XVe siècles. 

4. L’île de Lokrum

Vue sur l'île de Lokrum depuis les remparts
Vue sur l'île de Lokrum et la vieille ville de Dubrovnik depuis les remparts

Magnifique, préservée et à seulement 700 mètres de Dubrovnik. Lokrum, ou Lacroma (du latin « acrumen », une référence aux bosquets d’agrumes présents), est un must pour les touristes qui visitent la ville. Les ferries quittent le port de Dubrovnik toutes les 30 minutes en moyenne.

Parmi les lieux à visiter, citons le monastère bénédictin du XIIe siècle (transformé en parc botanique dans les années 1970) et le lac saumâtre, appelé « mer morte », sur le côté sud de l’île. En dépit de son nom, c’est un endroit magnifique qui mérite absolument d’être visité. Tout aussi beau, le Fort Royal, une petite forteresse construite pendant la période napoléonienne, d’où l’on peut profiter d’un splendide panorama. Enfin, une curiosité. Lokrum, en effet, est une île très appréciée des naturistes qui fréquentent ses plages.

5. Le téléphérique

Inauguré en 2010, le téléphérique de Dubrovnik relie la vieille ville au mont Srd, à environ 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, en seulement 4 minutes. La capacité maximale est d’environ 30 personnes et le billet coûte environ 15 euros par personne. N’oubliez pas votre appareil photo. La vue du sommet sur la ville et l’île de Lokrum est à couper le souffle. Et ce n’est pas tout, car au sommet se trouvent un restaurant, un bar et un musée consacré à la guerre d’indépendance menée au début des années 90 

6. Que faire à Dubrovnik : l’église de Saint Blaise

Avec la cathédrale et le palais du recteur, l’église de Saint-Blaise, le saint patron de la ville, est l’un des monuments les plus importants de Dubrovnik. Et un témoignage précieux de l’âge d’or de la ville entre les XVe et XVIe siècles.

Cependant, le bâtiment a été presque entièrement reconstruit au début du XVIIIe siècle après les importants dégâts causés par un tremblement de terre en 1667 et d’autres dégâts causés par un grand incendie en 1706. Le Conseil de Raguse a confié la tâche de la reconstruction à Marino Groppelli (1662 – 1728), un constructeur et sculpteur vénitien qui y a travaillé sans interruption de 1706 à 1715. C’est à lui que l’on doit le tournant baroque décisif de l’édifice qui frappe d’ailleurs par son exubérance décorative. La statue de St Blaise, derrière l’autel, est la seule à avoir survécu à l’incendie dont nous avons parlé plus haut.

7. La cathédrale de l’Assomption de Marie

Comme presque toute la vieille ville, la cathédrale présente des signes des principales influences architecturales qui ont traversé Dubrovnik au fil des siècles. On y trouve des traces du style byzantin des origines (VIe-VIIe siècles) et du style roman du XIIe siècle, lorsque l’église a été agrandie, semble-t-il, à la suite d’un « vœu » de Richard « Cœur de Lion » qui a miraculeusement survécu à un naufrage près de l’île de Lokrum. Puis il y a eu le tremblement de terre dévastateur de 1667, qui a obligé le gouvernement municipal à mettre en place un vaste plan de restructuration de la ville. Cela explique la prédominance du baroque, véritable caractéristique stylistique de ce bâtiment et d’autres bâtiments de la ville. 

À l’intérieur de l’église se trouve un trésor contenant les reliques de Saint Blaise et d’autres reliquaires en argent doré, presque tous réalisés entre les XIIIe et XIVe siècles par des orfèvres locaux. Les autels polychromes sont également très beaux, parmi lesquels se distingue celui de Saint Jean Népomucène en marbre violet.

8. Le palais du Recteur

Le Palais du Recteur à la même combinaison architecturale qu’une grande partie de la vieille ville de Dubrovnik. À savoir, l’art gothique et la Renaissance avec l’introduction ultérieure d’éléments décoratifs baroques.

Pendant des siècles, le palais a été le siège du prince désigné pour diriger la ville. Il abritait également l‘arsenal militaire nécessaire à sa défense. Ce n’est pas un hasard si, avant le tremblement de terre de 1667, deux violentes explosions, l’une en 1435 et l’autre en 1463, ont causé d’importants dégâts à l’édifice. La première rénovation, après l’explosion de 1435, a été réalisée par l’ingénieur napolitain Onofrio della Cava, qui a également conçu la Grande Fontaine juste après l’entrée de Porte Pile.

Outre l’arsenal, le palais abritait les salles des gardes, la prison et les bureaux administratifs de la classe dirigeante de la ville. Une élite politique, bureaucratique et militaire qui, aux XVe et XVIe siècles, qui fait la fortune de la ville, qui parvient à se tailler un espace commercial autonome, notamment avec l’Afrique du Nord et la Turquie.

Actuellement, le Palais du Recteur abrite un musée historique et diverses manifestations culturelles (concerts, expositions, etc.), notamment pendant l’été.

9. Que faire à Dubrovnik : le centre historique

Et après avoir visité les remparts et les monuments, il ne reste plus qu’à « se perdre » dans la vieille ville de Dubrovnik. Elle est petite, il est facile de s’y déplacer à pied et elle offre au visiteur curieux de nombreux points de vue. Un dédale dense de rues étroites où l’on respire une atmosphère presque mystique, exacerbée par le sentiment d’imprenabilité suggéré par les forteresses tout autour. Ne manquez pas la fontaine de Sant’Onofrio (Velika Onofri Jeva). La Placa (ou Stradun), la rue commerçante de la ville, est également incontournable.

10. Les plages

N’oubliez pas que Dubrovnik est aussi une station balnéaire. La plage de Copacabana et le littoral de Lapad conviennent à tous : aux familles avec enfants, aux jeunes qui veulent s’amuser et à ceux qui recherchent la tranquillité. La mer y est presque toujours calme et cristalline. 

La plage de Sveti Jakov est située à l’est dans la vieille ville de Dubrovnik. Elle est facile à atteindre à pied, mais avec l’inconvénient de devoir monter près de 200 marches. Il existe également un service pratique de taxi-boat qui part tous les jours du port. 

En plus de Lokrum, que j’ai déjà mentionné, il y a aussi Lopud, une île de l’archipel voisin d’Elaphite. Il existe des liaisons fréquentes entre les deux. 

11. Dans les environs de Dubrovnik

Il y a beaucoup de choses à voir à Dubrovnik. Peut-être même trop pour les faire toutes en même temps. Par exemple, j’ai mentionné les îles de Lokrum et Lopud, mais n’oubliez pas Korcula et Mljet. Il y a ensuite la péninsule de Peljesac, idéale pour les amateurs de trekking, sans oublier la mer, bien sûr. Il y a aussi la Riviera de Dubrovnik et l’archipel d’Elaphite

Envoi
User Review
0 (0 votes)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles sur le même thème

Pas de Commentaires

Rédiger un commentaire