Ecotourisme Costa Rica
Green Travel

L’écotourisme au Costa Rica

  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Costa Rica fait désormais partie des nations les plus en vue en matière d’écotourisme ou « tourisme vert ». Près d’un quart de la surface du pays est protégé, avec une politique active de reforestation, et de vastes investissements dans les énergies renouvelables. Les vacances au Costa Rica font rêver, avec une végétation luxuriante, des magnifiques plages, et une côte caraïbes paradisiaque. Le Costa Rica accueille près de trois millions de touristes chaque année, un chiffre gigantesque pour un petit pays de seulement cinq millions d’habitants. L’ecotourisme au Costa Rica représente ainsi un enjeux crucial de développement durable.

Une volonté politique

Le désir du Costa Rica de protéger son environnement ne date pas d’hier. Dès le XIXe siècle, bien longtemps avant que le monde ne commence à prendre conscience de la fragilité de sa planète, la politique du Costa Rica se tournait déjà vers l’écologie. Avec une importante biodiversité condensée sur un aussi petit territoire, le Costa Rica se fait fort d’en assurer la pérennité. En 1963 ouvre la première réserve biologique du pays, qui compte aujourd’hui 26 réserves et parcs nationaux répartis sur plus de 25% de sa superficie. Ce choix politique s’avère à la fois bénéfique pour la préservation de la biodiversité et aussi pour l’économie du Costa Rica, puisque l’ecotourisme au Costa Rica attire un flot toujours plus important de voyageurs, et de nombreux scientifiques effectuent chaque année le voyage au Costa Rica. Le tourisme et en particulier l’ecotourisme au Costa Rica est de loin la principale source de revenus du pays.

Ecotourisme et Biodiversité

Le Costa Rica possède une biodiversité (faune et flore) exceptionnelle : 6% de toute la biodiversité mondiale y est présente, avec en moyenne pas moins de 160 nouvelles espèces découvertes tous les ans. Ce foisonnement s’explique notamment par la situation du Costa Rica à la jonction de l’Amérique du Nord avec le Nicaragua et l’Amérique du Sud avec le Panama. Cette spécificité géographique induit des mouvements d’animaux importants, de même que des climats différents propres à la côte pacifique d’un côté et la mer des Caraïbes de l’autre. L’ecotourisme au Costa Rica passe par le respect de la faune et de la flore, le pays accueillant et préservant de très nombreuses espèces menacées. De l’ensemble des espèces animales, les oiseaux sont les plus représentés, avec près de 1 000 espèces d’oiseaux recensées sur seulement un peu plus de 50 000 km². Le merle fauve est d’ailleurs l’oiseau national du Costa Rica.

Ecotourisme et Energie

Outre la protection de l’environnement et l’ecotourisme au Costa Rica, le pays mise également sur les énergies renouvelables, avec l’essentiel de son électricité produite de manière propre. La plus grande partie de cette production provient de l’énergie hydraulique, même si l’éolien est également utilisé. L’énergie géothermique est en cours de développement, en utilisant le potentiel du biogaz obtenu grâce à la pulpe de café. En 2015, le Costa Rica a réussi la performance exceptionnelle de passer tout un semestre en utilisant uniquement des énergies vertes. L’objectif gouvernemental est de parvenir en 2021 à une totale neutralité carbone, ce qui semble tout à fait possible au vu des efforts produits et des résultats déjà acquis.

Écotourisme et Population locale

Partir au Costa Rica, c’est aller à la découverte des populations locales. L’ecotourisme au Costa Rica concerne activement le peuple costaricien. Le gouvernement l’encourage en décernant chaque année un label environnemental, le Bandera Azul Ecológica (« Drapeau Bleu Ecologique »). Particulièrement difficile à obtenir, ce label récompense les populations œuvrant pour la protection des énergies vertes, et prenant soin de recycler leurs déchets. Un grand nombre de communautés accueillent les écotouristes, notamment à Corcovado. Surfant sur la vague de l’ecotourisme au Costa Rica, de nombreuses entreprises, associations et hôtels proposent également des initiatives locales de tourisme durable.

Tout n’est pas vert

Rien n’est parfait en ce monde, et même l’ecotourisme au Costa Rica n’échappe pas à la règle. Même si l’action énergique du gouvernement pour la protection des forets a permis de recouvrir la moitié du territoire national, la déforestation illégale sévit toujours épisodiquement, y compris dans les réserves. Un important trafic d’ailerons de requins met par ailleurs en danger l’un des seuls refuges au monde pour les amphibiens.

Agriculture

L’agriculture au Costa Rica est dominée par l’emblématique banane, avec également une importante production de riz, sucre de canne, huile de palme, oranges et fleurs. Même si le Costa Rica s’efforce d’éliminer les produits chimiques de l’agriculture, seuls quelques milliers d’hectares sont pour l’instant cultivés de manière verte. Des centaines de milliers d’autres utilisent abondamment des éléments chimiques, notamment pour la production de banane, qui fait appel à des produits interdits en Europe. Le commerce de la banane, extrêmement lucratif, est toutefois miné par la corruption endémique au détriment des petits producteurs locaux, qui travaillent et vivent dans des conditions extrêmement précaires. L’agriculture familiale est ainsi en large recul au profit des grandes sociétés. L’exode rural touche de manière importante le Costa Rica, avec une population de plus en plus concentrée dans les grandes villes et en particulier San Jose, la capitale du Costa Rica, qui accueille près d’un tiers de la population totale du pays.

Tourisme

Le Costa Rica est la première destination touristique d’Amérique centrale. Avec une nation tirant sa principale richesse de son tourisme, il serait illusoire d’espérer que l’ecotourisme au Costa Rica soit la règle absolue. Les promoteurs immobiliers se montrent parfois fort peu soucieux des zones protégées, n’hésitant pas à construire de vastes complexes hôteliers sur les belles côtes du Pacifique, quitte à porter préjudice aux très fragiles mangroves. Le tourisme de masse a pendant un moment aussi constitué une menace pour le sensible écosystème du Costa Rica dans les années 70 et 80, en menaçant notamment l’emblématique parc national de Tortuguero. De rigoureuses mesures ont toutefois permis d’éviter le pire, et de mettre en place l’ecotourisme au Costa Rica.

L’écotourisme au Costa Rica
5 (100%) 1 vote
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

No Comments

Leave a Reply